Les Américains de Paris déjà aux urnes!

Avec plus de 6 millions d’expatriés, la communauté des Américains résidant à l’étranger représente une population comparable à celle de l’Arizona, et une source de voix non négligeable pour les deux candidats.  A Paris, difficile d’estimer le nombre exact d’Américains, qui n’ont pas obligation d’aller s’enregistrer à l’ambassade. Plusieurs dizaines de milliers au moins, ils vivent leur deuxième campagne présidentielle de l’année, après l’élection de François Hollande à la tête de l’Etat français en Mai.

Même à des milliers de kilomètres, ils veulent faire entendre leur voix, explique Mark : « Même si je vis à l’étranger, ce qui se passe dans mon pays m’intéresse, et je suis d’ailleurs affecté par les lois américaines. » Vivant à Paris depuis 20 ans, c’est un membre actif de l’AARO, l’Association des Américains Résidant à l’Etranger, qui défend les droits des expatriés. Ce soir-là, lors de leur réunion mensuelle au fond du bar « Joe Allen », tenu par un américain, les mines sont réjouies autour des tables aux nappes blanches. Dans cette ambiance de pub feutré, la conversation tourne évidemment autour des élections : tous ont déjà envoyé leur bulletin de vote.

Ann, arrivée à Paris depuis quelques mois, a découvert un processus qu’elle juge « plutôt compliqué ». Ancienne habitante du Minnesota, elle a dû s’inscrire dans cet état puis télécharger un bulletin de vote qu’elle a ensuite rempli et renvoyé par Chronopost. Il s’agit surtout pour les expatriés de ne pas manquer les dates butoirs pour l’inscription sur les listes électorales, la demande de bulletin de vote et le renvoi du bulletin. Ces règles diffèrent selon les Etats, mais le processus est simplifié par un site centralisé d’aide au vote. Louise, attablée devant un verre de vin rouge, distribue des prospectus Votefromabroad.org, un autre portail d’aide aux électeurs. Gordon, la quarantaine, avoue quant à lui avoir voté pour la première fois de sa vie ce jour-là : « Je n’avais jamais voté de ma vie mais aujourd’hui j’ai l’impression que l’Amérique se trouve à un tournant décisif, et j’admire le travail des organisations militantes car leur aide m’a été précieuse pour voter», déclare-t-il.

Tous se sentent très concernés par l’élection, et Mark décrit avec passion les discussions politiques qui ont lieu sur son mur Facebook. Internet est en effet un terrain de campagne privilégié où ils échangent leurs idées, et consultent les médias américains. Les associations Démocrates et Républicaines organisent également des conférences et des débats, comme celui qui a eu lieu la semaine dernière à l’American Club. Les Américains de Paris peuvent donc se réunir chaque semaine pour soutenir leur candidat, discuter politique, et tenter de mobiliser le vote des expatriés. La nuit du 6 Novembre, ils se retrouveront peut-être au restaurant Joe Allen ou au club France-Amérique, ancien siège de la légion Américaine. Quelle que soit leur couleur politique, ils espèrent que cette élection leur permettra enfin d’obtenir une représentation au Congrès, car aucun élu n’y défend actuellement leurs droits.

Advertisements

Tagged: , , , , , , ,

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: